Rock
  Compilation - All Covered in Punk
1977
Compilation d'Artistes
Un CD EMI 2002

 
Compilation
All Covered in Punk
par Francois Branchon le 19/05/2002

Note: 8.0    

20 classic covers - Sex Pistols, Generation X, Stiff Little Fingers, Dead Kennedys, Toy Dolls, Jam, Dickies, Saints, Blondie, Magazine, Damned, Anti-Nowhere League

Fière et forte d'avoir été la première compagnie à signer les Sex Pistols et sorti leur premier single (oubliant un peu vite qu'elle les a viré au bout de deux semaines), EMI célèbre les vingt-cinq ans du punk, avec le concept de rassembler les reprises commises par les groupes (dits) punk. La commémoration en question dénote une notion assez élastique du concept punk, puisque on retrouve certes les gangs 'brevetés' (Sex Pistols, Generation X, Stiff Little Fingers, Dead Kennedys, Toy Dolls...) mais les Jam y côtoient aussi les Dickies, les Saints, Blondie ou des groupes qui au moment où ils enregistrèrent ces reprises avaient depuis longtemps décroché les épingles de leurs narines, Magazine ou les Damned, qui ouvrent la collection avec "Eloise" de Barry Ryan, boursouflé des mêmes dégoulinades de violons que l'original. "David Watts" par les Jam est plus qu'une reprise, tant le morceau est associé à "All mod cons" leur troisième album. Les Ramones reprenant Creedence Clearwater Revival, ça a son charme, surtout quand il s'agit d'une des meilleures compos de John Fogerty ("Have you ever seen the rain") et le duo de Joey Ramone avec Holly Beth Vincent (chanteuse de Holly and The Italians) commit un exquis petit single en 1983 ("i got you babe" de Sonny & Cher). Les Dickies avaient un fond de commerce : reprendre des tubes pop sixties ("Sounds of silence" de Simon & Garfunkel, "Paranoid" de Black Sabbath...) et les réduire de moitié en les jouant deux fois plus vite. c'est "Nights in white satin" des Moody Blues qui a été choisi ici : ça souffle fort, gare aux brushings et aux implants des Moodies Mike Pender et Justin Hayward ! Les plus authentiques : la reprise de "Streets of London" de Ralph McTell par Anti-Nowhere League où transpire l'empilage d'années de haine envers le folk et l'inévitable "My way" de Claude François revisité par Sid Vicious pour la musique du film "The great rock'n'roll swindle" en 1978, où le bassiste des Pistols sur scène défouraillait à la mitraillette les premiers rangs en smoking.