Blues
Blues Electrique
  Compilation - Blues against racism
2000
Compilation d'Artistes
Un CD On a faim!  / Melodie 2000

 
Compilation
Blues against racism
par Francois Branchon le 23/05/2000

Note: 7.0    
Morceaux qui Tuent
Strange fruit (Spider X)


La ségrégation raciale a évidemment beaucoup reculé aux Etats-Unis depuis l'époque où les premiers bluesmen, descendants des esclaves déportés, grattaient leurs guitares pour exprimer souffrances et révoltes, où même depuis les années soixante, quand les noirs de la Côte Est s'enflammaient, exaspérés par les pancartes d'interdiction "aux chiens et aux noirs" des magasins et des autobus. Pourtant, s'il est officiellement éradiqué dans les textes de lois, le racisme perdure de fait, en Amérique comme ailleurs, particulièrement en France, où il semble encore "préférable" de naître plutôt blanc et riche que noir et pauvre, pour envisager un travail valorisant, un logement décent, sans parler des "ça va pas être possible" à la porte des discothèques. Le label On A Faim! a conçu cet album d'hommage au blues avec des passionnés du genre, dix-sept groupes français, américains, belges et allemands, prenant leur plaisir sur douze mesures pour le plaisir (Luther Allison avait accepté de participer au projet, mais la faucheuse est passée par là) dont Little Bob, Elmore D., Roland Malines, Tao Ravao, The Blues Fellows, Thibaut Chopin, les excellents Last Chance Jug Band de Memphis et Magic Buck et une surprise, la sortie de ses cendres de Spider X, groupe néo-glam destructeur de l'underground français des années 80, ressortant pour l'occasion leur version hallucinée de "Strange fruit" de Billie Holiday (les "fruits étranges" en question étant les noirs pendus et lynchés, qui fleurissaient aux arbres du Sud des Etats-Unis). Même si quelques chansons sonnent "appliquées" et certains groupes "amateurs" (Original Blue Mic Mac), la forme ne cache pas le fond : "Blues against racism" exprime avec conviction un engagement juste et salutaire. Tout au plus pourrait-on encourager Little Bob (auteur du speech d'intro) de ne pas se limiter à fustiger l'extrême droite, la droite "extrême" paraissant tout aussi dangereuse en l'occurrence. Avec un livret remarquable racontant sur trente pages toute l'histoire du blues. Un disque d'utilité publique.