BOF
  Compilation - BOF Velvet goldmine
1999
Compilation d'Artistes
Un CD Barclay  / Universal 1999

 
Compilation
BOF Velvet goldmine
par Francois Branchon le 01/02/1999

Note: 7.0    

Lou Reed, Roxy Music, Steve Harley & Cockney Rebels, Venus In Furs, Wylde Rattz, Placebo, Shudder To Think, Teenage Fan Club

Placée sous le charme de la nudité androgyne d'Ewan McGregor (pose fortement inspirée de l'oublié Jobriath), la BO du film de Todd Haynes a été conçue avec l'aide de Michael Stipe.

En fin connaisseur, il a pris pour base de solides groupes originaux et leurs standards : Lou Reed ("Satellite of love"), Brian Eno ("Needle in the camel's eye"), Roxy Music ("Virginia plain"), le méconnu et regretté Steve Harley et ses Cockney Rebels ("Make me smile"), tous dépositaires d'un rock élégamment nerveux, avec ce qu'il faut de saturation dans les guitares, de déhanchements de basses et de voix de dandies lascifs.

Il y a ajouté un peu de fun, avec deux groupes "sur mesure" : à ma droite The Venus In Furs (Bernard Butler de Suede, le vénérable Andy McKay de feu Roxy Music, Paul Kimble, Thom Yorke de Radiohead...), reprenant en respectant l'esprit à la lettre "2HB", "Ladytron" "Bitter-sweet" des mêmes Roxy et, à ma gauche, les plus radicaux Wylde Rattz (Ron Asheton des Stooges, Thurston Moore de Sonic Youth...), aux escarpins plus frottés au bitume de Detroit qu'aux moquettes de Covent Garden (reprise de "T.V. Eye" d'Iggy Pop).

La compilation est en outre complétée par des titres de Placebo (reprise de T. Rex), Grant Lee Buffalo (?), Pulp, Shudder To Think et une reprise des Dead Boys par Teenage Fan Club (re?).

Il parait déplacé d'estampiller "Glam-rock" un casting musical aussi raffiné, alors que nos souvenirs de cette mode évoquent plutôt un mouvement musicalement simpliste (T. Rex, Slade, Gary Glitter....), certes initié par Bowie ("Ziggy Stardust") et Roxy Music (premier album éponyme), mais vite délaissé par eux. Rien n'est comparable entre les compositions classieuses d'un Brian Ferry, Andy McKay, Brian Eno ou Lou Reed et les rengaines pré pubères du Marc Bolan de T. Rex. Tant pis donc pour cette relecture de l'Histoire et tant mieux pour nos oreilles.

Cette BO est parfaite, s'écoute sans avoir vu le film et les flèches synthétiques lancées par Brian Eno dans "Virginia plain" sont toujours trempées dans le même concentré orgasmique.