Country
  Compilation - Kindred Spirits
2002
Compilation d'Artistes
Un CD Columbia  / Sony-BMG 2002

WEB

Label Columbia
 
Compilation
Kindred Spirits
par Jean-Louis Schell le 08/10/2002

Note: 6.0    

Alors qu’on commence à se faire du souci pour l’homme en noir depuis qu’il s’avère être parkinsonien, cette compilation de reprises, la deuxième du genre, prouve, s’il en était encore besoin, qu’il est déjà un immortel. Petite revue de détail. Dwight Yoakam, "Understand your man" : il a dû rajouter de la poussière en plastique sur ses boots flambant neuves, pour se persuader d’être un vrai cowboy. Les arrangements sont nashvilliens à en pleurer, heureusement que l’homme s’en sort avec sa très belle voix. Rosanne Cash, "I still miss someone" : hé mémère, peux-tu nous dire à qui tu penses manquer ? Bon allez, c’est la famille, on va pas dire du mal… Bob Dylan, "Train of love" : on connaissait, depuis le tribute à Jimmy Rogers, sa facilité à s’approprier les bonnes chansons country. Magistral, une fois de plus. Little Richard, "Get rythm" : la reine du rock’n’roll nous ferait presque oublier la (très) bonne version de Ry Cooder. Toujours folle, toujours au top, toujours fou furieux. Revigorant et musclé. Ne le manquez pas en photo dans le livret, vêtu du drapeau US et affublé d’un mulet de première bourre ! Keb’ Mo, "Folsom prison blues" : il en fait un vrai blues quasi acoustique avec beaucoup de talent. Travis Tritt, "I walk the line" : version sépulcrale, hantée, avec un magnifique déluge de pedal steel. Un grand moment. Hank Williams Jr, "Big river" : a-t-on déjà vu un bon film avec le fils Fernandel ? Sans dec. Bruce Springsteen, "Give my love to Rose" : le boss livre une version qu’on dirait échappée du “Ghost of Tom Joad”. Il est le boss et il va le rester longtemps. Magnifique. Charlie Robinson, "Dont take your guns to town" : assez proche de l’original et sans grand intérêt. Mary Chapin Carpenter, Sheryl Crow et Emmylou Harris en trio, "Flesh and blood" : les trois grandes voix féminines américaines dans une version acoustique de toute beauté. Chair de poule garantie. Steve Earle, "Hardin wouldn’t run" : le rebelle (peut-être le dernier) arrive à sortir une version dylanienne d’un titre pas trop connu, sans s’enferrer dans les clichés et chausse-trappes. Réussi. Marty Stuart, "Hey porter" : l’instigateur du projet et producteur du disque, se lance dans une reprise bien trop fidèle à l’originale et sans surprise aucune. Jannette Carter, Johnny Cash et June Carter Cash, "Meet me in heaven" : la cerise sur le gâteau, une vraie leçon de chant à trois. Marty Stuart, "For Luther (I walk the line reprise)" : ce qui se voudrait être le bonus du disque est une reprise instrumentale totalement dispensable. 6/10 I walk the line Get rythm Flesh and blood Train of love