Electro
Electronica
  Compilation - Quatermass versus Kitty-Yo
2001
Compilation d'Artistes
Un CD Quatermass  / Import 2002

WEB

Label Quatermass
 
Compilation
Quatermass versus Kitty-Yo
par Martin Dekeyser le 16/02/2002

Note: 7.0    

Succédant à "Quatermass vs Rather Interesting" qui l'avait vu affronter le label de l'allemand Atom Heart (alias entre autres Señor Coconut), ce quatrième volume consacre une nouvelle réunion germano-belge, cette fois-ci avec les berlinois de Kitty-Yo. Fondé en 1993 par Raik Hölzel et Patrick Wagner (du groupe Surrogat), ce label allemand d'électronica peut se targuer d'un éclectisme et d'une série d'artistes particulièrement singuliers. La première moitié de la compilation reprend des morceaux originaux (dont certains étaient déjà disponibles auparavant) de quelques-uns de ses plus illustres représentants. Gonzales, roi des happenings et de la dérision, signe des compositions aux allures de pastiche mélangeant hip-hop et électro-funk ("Higher than you"). Sa compagne Peaches peut se targuer d'être devenue une icône sexy ("Lovertits") dans le milieu électro auquel elle intègre une posture punk et féministe pas très éloignée des Chicks on Speed et Le Tigre. Dans un registre tout à fait différent, le duo Rechenzentrum recycle des matériaux audios et vidéos qui subissent filtres et transformations diverses. C'est néanmoins dans une tonalité deep-house qu'ils officient ici avec le morceau "Submarine". On prend ensuite un peu d'altitude avec le post-rock de Couch ("Alle auf Pause") pour aboutir à un vol plané assuré sur les volutes sonores des aménagements climatiques de Stol (groupe au destin trop promptement funeste et ressuscité sur le label Ritornell sous le nom de son géniteur, Stephan Mathieu). La seconde moitié de "Quatermass vs Kitty-Yo", quant à elle, dévoile la relecture des œuvres précédemment citées par trois artistes signés chez Quatermass auxquels se sont adjoints Add n to (X) et Mira Calix (signés respectivement chez Mute et Warp). Tandis que les premiers dopent Gonzales aux antiques synthés d'antan, la seconde nous plonge véritablement dans les fosses abyssales sinueuses espérées en vain chez Rechenzentrum. Du côté des artistes maisons (du label Quatermass), le trio new-yorkais Calla amplifie l'élan libérateur de Couch tandis que les espagnols Fibla nous prévoient des éclaircies à n'en plus finir au sein des paysages éthérés de Stol. Le dernier mot reviendra à la jeune recrue française Tal qui se targue d'un remix détonnant du "Lovertits" de Peaches à l'aide de collages breakbeat, l'art du sampling devenant libidinal.