Rock
Pop Rock
  Compilation - Sement #2 (Sampler Osito Records)
2001
Compilation d'Artistes
Un CD Osito  / Import 2003

 
Compilation
Sement #2 (Sampler Osito Records)
par Jérôme Heff le 25/05/2003

Note: 6.0    

Basé à Oslo, Osito Records est un jeune label norvégien créé en 2001, proposant à ce jour trois références à son catalogue. Sorti conjointement au festival qui se tient à Chateau Neuf (édition 2001), le sampler "Sement #2" propose de découvrir dix groupes aux univers variés, par autant de chansons produites dans des conditions diverses : à la maison, en studio ou en live. Pour ne pas s'endormir, Cloroform s'agite sur un instrumental dansant ("Go 1"), égayé par des guitares surf (des neiges) et des samples de jazz des années 30 - véritable fonds de commerce de nombre de bidouilleurs. Toujours dans le registre électro, le trip-hop dix ans d'âge de dB ("Fly & die" (live)), shooté en plein vol par des guitares saturées, oscille entre Sneaker Pimps et Massive Attack light période “Mezzanine”. Le froid peut paralyser l'inspiration et pour démocratique qu'elle soit, la musique électro génère aussi ses propres facilités : le morceau trop long d'Athome Project ("10th sense"), qui emprunte d'abord à "Thriller" de Michael Jackson pour évoluer en techno jungle un peu obsolète. Loin du dance-floor, Bogus Blimp joue des notes aigües sur un inquiétant rythme préprogrammé de synthé primitif en regardant des films muets expressionnistes ("No cords. no wires"). D'autres, recalés à la douane, ont beaucoup d'emprunts à déclarer. Tout d'abord la langue : tous les groupes chantent ici en anglais avec plus ou moins de bonheur dans les textes (Emmerhoff pour le pire, refrain couillu et texte cliché). Ensuite les tics : dans la valise d'American Suitcase, on trouve un rock très "à la manière de", harmonies vocales sixties incluses ("Master James"). Delaware importe un lyrisme androgyne, déjà croisé en plus urgent chez Placebo ou en plus incandescent chez Muse. Sur "Me & my car" des Magnetic Tapes, on jurerait entendre les Tindersticks des débuts avec ces guitares en arrière-plan, le violon et la voix grave du chanteur à l'haleine chargée qui fait fondre la banquise. Moins identifiable, Wunderkammer scinde "Detektorama" en deux parties qui sont en froid et ne dialoguent pas : un tiers violon tzigane et cordes discrètes, deux tiers rock à guitares. Enregistré live, "Gentle kiss" fait entendre la voix étrangement voilée de Maria Cerrato, soutenue par un clavier aigrelet et des arpèges de guitare électrique.
NB : les deux autres disques sortis chez Osito Records sont "Ghost" Ep de Cerrato et "Enter twilight Ep" de Magic Pillows.