Shooting from the shadows

Dag för Dag

par Jérôme Heff le 15/03/2010

Note: 7.5    

Où l'on se retrouve pris en sandwich entre un frère et une soeur... Une sensation assez confortable, dans l'atmosphère incertaine mais étrangement réconfortante que produit ce disque en provenance de Suède - après des détours par Londres, Honululu et Missoula (Montana, USA) d'où Sarah Snavely et Chuck Bukowski sont originaires.

Les frangins ont suivi en quelque sorte un itinéraire qui va du froid… vers le froid, en passant par des températures plus clémentes : ce sont les variations que l'on ressent à l'écoute de "Hands and knees". Pas beaucoup de gaudriole, des instruments joués un peu sèchement (notamment les guitares), mais des voix et des ambiances finalement assez chaleureuses. Leur musique ne laisse pourtant pas attraper facilement, vaporeuse, baba-cool new-wave. C'est assez bizarre. Le titre "Hands and knees" est l'expression la plus pop de cette alchimie dont on ne parvient pas à fixer la formule. Sarah chante souvent de manière désincarnée ("Wouldn't you", avec son vieux clavier aigrelet psyché), Chuck peut se montrer distant et hautain ("Silence as the verb", "Light on your feet") - comme si Alison Statton (Young Marble Giants) et Andrew Eldritch (Sisters of Mercy) avaient monté un groupe ensemble. "Traffic jam" avec ses guitares réverbérées est une autre réussite hypnotique. La fin du disque est un peu plus inégale : la potache et nerveuse "Animal" est suivie de la berceuse velvetienne "Came in as a knife" (deux titres superflus), avant que "Ring me, Elise" ne sonne un réveil brutal.

Les Dag för Dag séduisent autant qu'ils déroutent : "Shooting from the stars" suscite assez de questionnements pour donner l'envie de rejouer souvent le disque à la recherche de réponses.




DAG FÖR DAG Hands and knees (Clip 2010)