Folk
 Johnny Flynn - A larum
2008
Album Original
Un CD Vertigo  / Import 2008

 
Johnny Flynn
A larum
par Jérôme Heff le 31/08/2008

Note: 7.7    

Du haut de ses 25 ans, Johnny Flynn redonne du rose aux joues à un vieux corps qui n'en finit pas de rajeunir : le folk – ici dans son versant classique. Bien que Johnny se défende d'appartenir à toute espèce de courant musical, sa musique est clairement marquée par la tradition anglo-saxonne, ce qui la rend par certains côtés aussi peu exportable que plaisamment typée.

En ce sens, Flynn se démarque de ses camarades de la scène londonienne étiquetée "nu-folk" (Laura Marling, Noah and the Whale, Jeremy Warmsley…), plus encline à jouer avec les codes de notre époque. Johnny partage son temps entre la chanson et faire l'acteur, au sein d'une troupe Shakespearienne  : à l'image de son répertoire théâtral, sa musique s'inscrit dans d'anciens canons folk, qui remontent bien avant la rénovation sixties (incarnée par Fairport Convention avec "Liege & Leaf", 1969). Tout d'abord par le titre de son premier disque, "A larum", de l'anglais ancien pour "alarme". Ensuite, avec un accompagnement musical très classique assuré par The Sussex Wit (violon, section rythmique, chœurs) sur lesquels Flynn pose un bon picking à la mandoline ou à la guitare. La sauce de groupe prend particulièrement bien sur l'exalté "Tickle me pink" ; seul sur "Wayne Rooney", sans être un interprète renversant, Johnny prend encore une dimension supérieure. L'approche est volontairement intemporelle, et mis à part l'allusion au footballeur de Manchester United, les références sont datées : sur "Shore to shore" par exemple, celle à Bob Dylan et "The lonesome death of Hattie Carroll" - une chanson de 1963 sur un incident racial qui doit évoquer peu de chose à la génération de Flynn. Le disque s'essoufle sur la durée, quand le groupe se repose sur les passages obligés du genre ("Cold bread", les sonorités irlandaises sur "Sally"). La rupture de "Hong Kong Cemetery" vient tardivement : avec sa basse très présente, une trompette mélancolique et un harmonium, c'est un effort de groupe qui prend une direction intéressante.

Johnny Flynn semble suivre la pente naturelle de son inspiration, sans se poser de questions (et surtout pas par opportunisme), parce cette musique fait vraiment partie de sa culture. Si certains côtés traditionnels, folkloriques, nous empêchent d'être totalement avec lui, sa fraîcheur et son charisme juvénile jouent en sa faveur.