Rock
 Johnny Hallyday - Nécrologie
France 2017
Best of
Un CD Sefronia 2017



SPIRALE

 D'où viens-tu Johnny ?
 No 1 Viens danser le twist
 No 3 Pas cette chanson
 No 2 Retiens la nuit
 Johnny Hallyday
 The sound, the fury
 
Johnny Hallyday
Nécrologie
par Francois Branchon le 06/12/2017

Note: 10.0    

Sefronia n’est pas friand de nécrologies.

Johnny Hallyday je ne l’ai jamais ménagé, en tant que premier symbole et premier bénéficiaire de cette machine à cash diabolique inventée par quatre grandes maisons de disques françaises du début des 60’s (Philips, Pathé, RCA et Barclay) : traduire en français les tubes anglo-saxons et se les répartir entre une poignée d’interprètes maison (Hallyday, Sylvie Vartan, Eddy Mitchell, Dick Rivers ainsi que Richard Anthony - le vrai pionnier du rock en France lui - ainsi pourvus en chansons impeccables qu’un public ignorant des originaux gobait comme des chansons de leurs idoles (la France contrairement aux autres pays d’Europe n’avait pas de bases ni de radios américaines sur son sol). Un système économique qui n’était pas la tasse de thé de l’autre grande maison, Vogue, qui elle ne signait que des chanteurs auteurs de leurs chansons (Françoise Hardy).

Ce système a construit d'immenses vedettes en France, mais dont la notoriété ne franchissait jamais les limites de la francophonie. Lorsque Hallyday dans une fameuse interview au Monde en 1998 déclara qu'il était le seul survivant parmi les grands (Presley, Lennon), on entendit des Américains répliquer Johnny who ?

Mais je veux rendre à César ce qui lui appartient, et c’est vrai que Johnny, l’adolescent des sixties que j’étais l’a parfois adoré, pour quelques chansons entre 1962 et 1966. Curieusement ce sont presque toutes des originaux, alors denrée rare dans son répertoire première époque. Des chansons qui aujourd’hui me rappellent les fêtes foraines (on disait les vogues) et leurs auto-tamponneuses, des chansons soignées (enregistrées à Nashville ou Londres avec des musiciens dits pointures) que je n'ai jamais cessé d'écouter. 

Elles sont une petite poignée, les voici. Pour cette poignée, repose en paix Johnny !


1962  Les bras en croix (enregistré à Nashville)

JOHNNY HALLYDAY Les bras en croix (1962)


1963  Les mauvais garçons (enregistré à Nashville)

JOHNNY HALLYDAY Les mauvais garçons (1963)


1964  Toujours plus loin

JOHNNY HALLYDAY Toujours plus loin (1964)


1965  Mes yeux sont fous (reprise de "I must be seeing things" de Al Kooper)

JOHNNY HALLYDAY Mes yeux sont fous (1965)


1966  La fille à qui je pense (du LP "La génération perdue", Londres 66 avec Tommy Brown, Micky Jones, Jimmy Page, arrangements Arthur Greenslade, Reg Guest)

JOHNNY HALLYDAY La fille à qui je pense (1966)