Chanson Francaise
Chanson
 José Artur - Pop Club Georges Brassens
France 1972
Archives & Interviews
Un CD INA 2014

 
José Artur
Pop Club Georges Brassens
par Francois Branchon le 23/11/2014

Note: 9.0    
spiraleAcheter


N'importe qui pouvait se pointer vers dix heures du soir à la Maison de l'ORTF (aujourd'hui de Radio France), passer une des portes à tambour restée ouverte, entrer dans le grand hall plongé dans la pénombre, et gagner les quelques marches à droite et l'entresol, guidé par le brouhaha des conversations, les lumières tamisées et la musique, et entrer dans le Saint des Saints, le Bar Noir, où l'aimable et cultivé José Artur, assis sur la moleskine parmi le monde orchestrait chaque soir les trois heures de son "Pop Club".

Les invités du début restaient généralement jusqu'à la fin et vers minuit, l'endroit enfumé à l'extrême (Claude Villers, assistant d'Artur n'y allait pas de main morte avec ses havanes en barreaux de chaise, d'autres avec d'autres choses), entre un Grand Magic Circus en pleine délire, une Micheline Presle décalée et une gloire du théâtre sur le déclin accueillait son groupe rock underground de la soirée, pour une jam qui parait aujourd'hui impensable dans les murs très politiquement corrects de la radio d'État.

L'INA entreprend une collection de CD dédiée à José Artur et notamment au Pop Club. Ce premier volume reprend en intégralité la deuxième heure de l'émission du 28 septembre 1972, qui accueillait Georges Brassens, ami de longue date d'Artur, qui venait souvent au Pop tester de nouvelles chansons auprès de la centaine de personnes présente. Brassens en chante quatre ou cinq, mais l'intérêt est ailleurs, dans la connivente bonne humeur, les traits d'humour (Artur imbatable), un art de papoter intelligemment jamais égalé ni retrouvé depuis, laissant toujours la part belle aux invités, eux-mêmes pas forcément en promo mais souvent là parce qu'ils avaient juste envie de dire bonjour. On passait au Pop Club, sans y être forcément programmé. Heureux temps !

Un bel endroit, une belle émission pour laquelle le galvaudé et dévalué adjectif "culte" reprend tout son sens. Espérons que l'INA osera rééditer les plus folles de ces soirées radiophoniques.

"Il y a deux sortes de radio, celle qu’on entend la journée et celle qu’on écoute le soir" (José Artur)