Experimental
Musique Nouvelle
  Keisuke Matsuno, Moritz Baumgärtner, Lars Graugaard - Crumble
Allemagne Danemark 2017
Album Original
Un CD Clang  / Import 2017

WEB

Label Clang
 
Keisuke Matsuno, Moritz Baumgärtner, Lars Graugaard
Crumble
par Cédric Antoine le 26/02/2018

Note: 4.0    
spiraleAcheter


Première pensée : est-ce de la musique ?
Deuxième pensée : si ce n'est pas de la musique, est-ce du bruit ?
Troisième pensée : si c'est de la musique le guitariste est-il un virtuose ?
Quatrième pensée : si le guitariste n'est pas un virtuose, se fout-il de notre gueule ?
On passera la cinquième pensée qui nous amènerait à un débat philosophique sur l'art qui n'a jamais lieu d'être...

Parcourons donc la disco de l'olibrius allemand (comme son nom ne l'indique pas) afin de s'assurer que le guitariste ne se fout pas de notre gueule. Et là révélation ! Matsuno est un jazzman ! Batifolant avec les artistes de jazz contemporains de la scène new-yorkaise et internationale. Il livre ici avec Baumgartner et Graugaard, déjà présent sur son premier opus en 2013, un album expérimental et violent, pour ne pas dire bourrin. Certes il est doué avec une guitare et ses deux compères également. Lars Graugaard étant considéré commet le compositeur danois le plus connu du vingtième siècle, on se dit que la rencontre sera explosive.

En fait Matsuno surfe sur une vague néo-jazz expérimentale bien poussé par ses origines germano-nippones, dont on sait que, dès qu'il s'agit de pondre une performance dite transgressive on tombe vite dans le trash et/ou le mauvais goût. Pas de mauvais goût dans cet album mais un tortillage de postérieur musical qui sonne faux au propre comme au figuré. Graugaard qui bricole l'électro depuis une vingtaine d'années comme s'il s'emmerdait sert de caution artistique mais sa production n'est pas digne de sa musique originale issue du classique.

On ne remet pas en cause la sincérité du Keisuke Matsuno mais bien le résultat. Pour exemple appeler un morceaux "Industry city" et y poser des sons en vrac de manière à allégoriser le bordel dans lequel nous évoluons est non seulement facile mais a déjà été fait.

Alors, est-ce de la musique ? Joker (oui sur un seul morceau : "Unspoken")
Est-ce du bruit ? Oui parfois
Est-il un virtuose ? C'est peut-être un peu fort.
Se fout-il de notre gueule ? Sans doute pas mais ce n'est pas passé loin.