Livre
Biographie
 Philippe Bihan - XTC : Art sonique et vieilles querelles
France 1999
livres Alternatives  / Parallèles 1999

 
Philippe Bihan
XTC : Art sonique et vieilles querelles
par Philippe Blirando le 01/06/1999

Note: 8.0    

Peu d'auteurs se sont intéressés à l'histoire rocambolesque d'XTC, ce qui peut s'expliquer par le relatif manque de notoriété d'un groupe dont le principal attrait ne réside pas dans les chiffres de vente. L'initiative du journaliste Philippe Bihan et des éditions Alternatives/Parallèles a donc de quoi surprendre. Première biographie française du groupe de Swindon, "Art sonique et vieilles querelles" a été édité peu après l'album du (énième) retour d'XTC, "Apple Venus Vol.1". Si leur parcours est une nouvelle fois raconté de façon chronologique, le point de vue français apporte une vraie touche d'originalité. A la lecture du livre on se rend compte que la France n'a pas toujours souri au groupe new-wave et conquérant des débuts. Si les chroniques des deux "magazines rock nationaux" peuvent faire sourire à vingt ans de distance, c'est bien à Paris, entre les caméras d'Antenne 2 et les micros de Bernard Lenoir, qu'XTC a raté la marche de la consécration. Ce soir là une crise d'angoisse face à l'hépatite déclarée renvoie Andy Partridge en coulisses et met un terme au concert du Palace, comme à la tournée "English Settlement", consacrant le public du 17 mars 1982 du Palais d'Hiver de Lyon dernier "spectateur" d'XTC. L'abandon des tournées ne marquera pas la fin du groupe, bien au contraire, même s'ils devront encore traverser un nombre incalculable de tempêtes avant d'aborder l'an 2000. L'art des scaphandriers d'XTC à passer entre les gouttes est une vraie bénédiction pour un auteur, et dans ces conditions Bihan n'a aucun mal à maintenir l'intérêt du lecteur jusqu'à l'épisode Apple Venus. Le livre est finalement moins luxueux que la plupart des légendaires pochettes du groupe, reproduites ici en noir et blanc, mais bénéficie tout de même des dessins originaux de Jérôme Couzin, d'une préface lumineuse (comme toujours) de Jackie Berroyer et d'une discographie très détaillée.