Dragonslayer

Sunset Rubdown

par Jérôme Heff le 17/12/2009

Note: 7.0    

Dans le genre suractif, le Canadien Spencer Krug se pose là : outre ses disques avec Sunset Rubdown, il est aussi membre de Frog Eyes et Wolf Parade, ainsi que du "supergroupe" Swan Lake (qui réunit son compère de Frog Eyes Carey Mercer et Daniel Bejar de Destroyer). Autant dire une scène à lui tout seul ! On a été assez insensible au dernier disque de Swan Lake, mais ce "Dragonslayer" est d'un autre calibre : de la pop peu sympathique, avec un côté autoritaire dans la voix et cérébral dans l'exécution. Le côté théâtral de l'interprétation de Krug, et les titres à rallonge rappellent autant le Bowie de la fin des seventies (période Berlinoise) que King Crimson pour les progressions mélodiques. La volonté de démarcation est nette, pour ne pas sonner comme le premier groupe venu – ce qui peut lasser et agacer sur la durée. Spencer reprend à son compte "Paper Lace", le meilleur titre du récent disque de Swan Lake ("Enemy mine", 2009), dans une version très proche bien que plus synthétique. Au départ clairement conçu comme un projet expérimental (une série de EPs en 2005 chacun centré sur une approche instrumentale spécifique) à côté de Wolf Parade, Sunset Rubdown pourrait bien être maintenant la meilleure carte de visite de Spencer Krug.



SUNSET RUBDOWN Black Swan (Clip 2009)