Jazz
 Sylvain Rifflet - Mechanics
France 2015
Album Original
Un CD Magriff  / Harmonia Mundi 2015



SPIRALE

Mes cousins...
Airelle Besson & Sylvain Rifflet Quintet
Sylvain Rifflet
 
Sylvain Rifflet
Mechanics
par Francois Branchon le 31/03/2016

Note: 6.0    

Remarqué pour des concerts capables de s'enflammer, Sylvain Rifflet est ici d'une toute autre humeur.
Il nous présente de façon quasi immuable ses morceaux "de loin", comme autant de territoires mystérieux, qu'on approche du ciel, survole, scrute. Il nous laisse deviner une atmosphère et entrevoir une couleur, mais il n'est jamais question de s'y poser.

Et nous restons de l'autre côté de la vitre du scaphandre, privés de l'envoûtement de la découverte, du contact charnel et jouissif avec le nouveau.

Et au fil de l'écoute, ces terres vue du ciel, à force d'être tenues à distance en deviennent toutes semblables, dans un défilé assez répétitif (ce qui ne serait pas gênant en soi) mais surtout cérébral, pour ne pas dire intellectuel, qui finit par peser son poids de frustration à la fin de l'album.

Sylvain Rifflet ne cache pas ses références ("Glassicism"), mais nous avons immanquablement pensé au belge Wim Mertens des années 80 - la construction des morceaux, les agencements d'instruments, la façon de les clore en suspension sans leur trouver de véritable fin.

Astronaute au sein de son propre univers - est-là une influence inconsciente de François Schuiten, dont un des dessins orne la pochette (le mécanicien du temps de la cité Armilia, dans "Le guide des cités" - 1996) - Sylvain Rifflet produit un disque cérébral, là où on attendait de la sensualité, de la spiritualité même, de la vie tout simplement.