Jazz
 Jimmy Giuffre - The cool man (Four brothers & Tangents in jazz)
Etats-Unis 1954
Albums Originaux
Un CD Cherry Red > Giant Steps  / Import Cherry Red 2007

WEB

Label Cherry Red > Giant Steps
 
Jimmy Giuffre
The cool man (Four brothers & Tangents in jazz)
par Sophie Chambon le 21/03/2007

Note: 10.0    

Lors de ces fameuses sessions Capitol, qui remontent aux années 1954-1955, rééditées cette année par le label anglais Giant Steps, "Jimmy ne joue pas encore free" comme l'écrira justement mais non sans malice Philippe Carles, le rédacteur de Jazz Magazine. Giuffre s'inscrit alors dans le courant West Coast (encore appelé Jazz cool), qui a constitué une étape importante dans l'aventure du clarinettiste et poly-instrumentiste texan. En symbiose avec le trompettiste Shorty Rogers ou le batteur Shelly Manne, Jimmy Giuffre participait, dans ces années-là, à l'avènement d'un jazz moderne, par la recherche féconde et libertaire de formes ouvertes.

Des thèmes virevoltants ou mélancoliques, mais toujours ciselés et lyriques constituent l'essentiel de cette réédition où s'illustre le merveilleux trompettiste Jack Sheldon, omniprésent sur toutes les faces gravées pendant ces séances à Los Angeles entre février 1954 et mai 1955. Deux albums sont regroupés pour notre plus grand plaisir : le "Four brothers" du nom de la composition qui rendit Jimmy Giuffre célèbre et "Tangents in jazz". Dans des ensembles à géométrie variable (sur quatre titres du premier, la formation comprend jusqu'à sept musiciens), le chant choral est d'une délicatesse rare dans la maîtrise des canons à deux, trois ou quatre voix. Le clarinettiste révèle sur ces superbes compositions une époustouflante virtuosité contrapuntique entre écriture et improvisation. Mais les reprises elles mêmes ont de quoi stupéfier : il suffit d'écouter l'introduction et la reprise du thème de Gershwin "Someone to watch over me" pour en être convaincu.

On aime tout particulièrement "Tangents in jazz" : l'équipe est réduite à quatre mais la rythmique fine et pertinente assure bien plus que l'assise d'accompagnement. Le contrebassiste Ralph Pena et le batteur Artie Anton ont un véritable rôle mélodique, joignant leur voix aux soufflants. Les interventions du percussionniste sont calculées à merveille pour que l'effet soit haletant dans "Finger snapper", "The Leprechaun", course-poursuite, rapidité de l'échange toujours vif. Quant au contrebassiste, il se révèle l'interlocuteur idéal à la sonorité chaude et profonde, capacité à répondre aux nuances de l'écriture de Jimmy Giuffre. Une apparence simplicité mélodique, une extrême fluidité, un travail de miniature sur les voix qui se mêlent ou se répondent, en un permanent dialogue. Un même thème "Scintilla" est repris quatre fois au gré de ces sessions, titre parfait pour signifier l'intelligence et le charme de cette musique ludique, espiègle qui swingue en toute légèreté. Si "Rhetoric" frappe par la fragilité, la transparence du son de Giuffre, "Lazy tones" aux accents de western rappelle l'enracinement dans le blues et le folk de ses origines. Le phrasé est d'une limpidité saisissante, l'attaque franche et ferme, les capacités d'invention semblent inouïes. Et avec Sheldon, la complicité est totale dans un entrelacement sensuel autant que délicat.

Une musique épurée, un jazz exquis : rien n'est superflu dans ces albums là, il faut absolument tout garder !