Chanson Francaise
Chanson
La  Souterraine - C'est extra - 13 reprises de Léo Ferré (P.r2b, Sarah Maison, Gontard, Maud Octallinn, Aquaserge, Corte Real, Forever Pavot, Marietta, Julien Gasc, Eddy Crampes, Aurore Chevalier, Les Vilars, Le Bâtiment)
France 2017
Compilation de Label
Un CD La Souterraine 2018

 
La Souterraine
C'est extra - 13 reprises de Léo Ferré (P.r2b, Sarah Maison, Gontard, Maud Octallinn, Aquaserge, Corte Real, Forever Pavot, Marietta, Julien Gasc, Eddy Crampes, Aurore Chevalier, Les Vilars, Le Bâtiment)
par Thomas D. Lavorel le 01/05/2018

Note: 8.0    

Léo Ferré est un chantier permanent, à la fois musical et poétique, peut-être aussi métaphysique. Il a laissé, pour héritage, à des générations d’artistes, de poètes, de chanteurs, de musiciens, d’acteurs ou de philosophes, un matériel immense dont on redécouvrira longtemps l’actualité. "Je parle pour dans dix siècles", gueulait ce vieil oiseau-chimpanzé à crinière de lion. Comme lui-même s’empara des poètes (Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Appolinaire, Caussimon...) pour que le vers s’en aille "faire l’amour dans la tête des populations" ; comme il s’empara de la Musique pour la faire descendre dans la rue, pour que Mozart, Bach et Beethoven accompagnent la Révolution -, son oeuvre, dans tout ce qu’elle a d’inachevé, d’imparfait, semble faite justement pour que nous nous en emparions à notre tour, semions dans notre jardin d’outre-saison cette mauvaise graine.

La Mauvaise Graine eût pu être le titre de cet album de reprise orchestré par La Souterraine. Cette compilation permettra à ceux qui connaissent déjà Léo Ferré, curieux de ce qui se fait sur la scène musicale française contemporaine en dehors des champs médiatiques classiques ou traditionnels, de découvrir des artistes qui apportent, chacun à leur manière, aux chansons de Ferré une fraîcheur et une modernité qui n’aurait certainement pas déplu au Maître. Pour ceux qui ne connaissent pas Léo Ferré, cet album peut constituer une bonne entrée en matière.

D’abord par le choix des titres - cela était sans doute une exigence de la production, de ne pas chanter encore les mêmes titres que tout le monde connaît et qui ne sont pas toujours représentatifs de ce qu’était Léo Ferré. Ainsi ne trouve-t-on pas le très connu "C’est extra", qui est pourtant le titre de la compilation. On ne trouve pas non plus "Avec le temps", sans doute l’une des plus belles chansons du patrimoine culturel français, mais que l’on a tous beaucoup trop entendue. Le seul tube qu’ils se soient autorisé, c’est "Les anarchistes", chanté par Les Vilars; et c’est avec plaisir que nous découvrons ou redécouvrons "Vitrines" (Aurore Chevallier), "Le bonheur" (le trop rare Eddy Crampes), "La mauvaise graine" (Maud Octallinn), "À Saint-Germain-des-Prés» (Le Bâtiment)... des chansons d’après-guerre, d’avant 68, et qui retrouvent ici comme une nouvelle jeunesse. Les orchestrations, les arrangements, sur ces chansons, font gagner à la musique de Ferré ce qu’elle aurait tendance à perdre en vieillissant.

Quelques morceaux sont du Ferré vieux, celui qui, déçu par les espérances révolutionnaires du mois de Mai, s’était embarqué dans une recherche poétique presque hallucinée, démente, sur les traces de Nietzsche, de Rimbaud : l’énigmatique "Tu ne dis jamais rien" (P.R2b) ou cet extrait de "L’opéra du pauvre" (Gontard) - qui constitue le petit bijou de cette sélection et pourrait donner l’idée à d’autres artistes, pour un autre projet, de s’emparer des textes fleuves de Léo Ferré, des textes immenses qu’il nous a laissé (comme "L’opéra du pauvre" ou encore "Marie-Jeanne") et qui rendent la plupart de ses chansons presque
anecdotiques...

Un autre plaisir que nous ne bouderons pas, c’est la belle part que cet album laisse aux voix féminines, car ces voix de femmes s’accordent très bien aux paroles de vieux mec qui n’était pas contre "qu’on laisse venir à nous les chiennes, puisqu’elles sont faites pour ça, et pour nous...". Cinq morceaux sur les treize que compte l’album sont concernés, des morceaux à la fois chaleureux et rieurs, un peu enfantin ("La mauvaise graine"), ou croqué d’une tendre ironie ("Vitrines"), mais toujours puissant ! ("Tu ne dis jamais rien").

Était-ce une volonté de la production, que ce projet ne soit pas conçu comme un pavé de revendications, mais simplement comme un hommage d’artistes à leur grand frère ? On regrettera cependant que les morceaux "Les anarchistes", hommage aux insurgés de Barcelone, et "Thank you Satan", chantre de la révolte poétique, panique au sens littéral, révolte de l’esprit contre l’esprit, perdent un peu de leur force et de leur clameur, dans ces versions de Les Vilars et de Marietta. On ajoutera - mais ce n’est rien - un petit bémol quant au choix du titre "Les pops", non que la performance de Julien Gasc soit véritablement en cause, mais c’est une chanson issue de l’expérience de Léo Ferré avec le groupe Zoo, déjà pénible dans sa version originale.

Dans l’ensemble, de belles reprises, sans autre prétention que de rendre à Léo ce qu’il nous a donné, des chansons qui s’écoutent très agréablement, tant pour la poésie de Ferré, qui ne se perd ni ne se brouille dans ces propositions, que pour la qualité des artistes réunis autour de ce projet par la Souterraine.



AURORE CHEVALIER Vitrines (Clip 2018)