Aborder Quintessence amène à quelques explications. Côté pile, le groupe a toutes les apparences visuelles, philosophiques et sonores des tribus Hare Krishna qu'on croisait à Amsterdam dans les 70's : les musiciens ont changé de nom (le chanteur Phil Jones a muté en Shiva Shankar, le guitariste Dave Codling en Maha Dev, etc..), la musique d'Inde du Sud est omniprésente dans leurs morceaux, leurs visuels sont archi-connotés et s'ils ne vont pas jusqu'à porter une tunique orange, un gourou attitré les suit à chaque concert.

Mais côté face, le groupe (né en 1969) est signé sur son tout nouveau label Island par un Chris Blackwell qui signe à tour de bras, mais ne signe aucune merde. Quintessence va avoir comme compagnons de jeu (attention liste exhaustive) : Spooky Tooth, Blodwyn Pig, Mott the Hoople, If, Free, Jethro Tull, Clouds, Renaissance, Cat Stevens, John & Beverley Martin, King Crimson, Nick Drake, Fotheringay, Fairport Convention, Traffic, Bronco et Dave Mason, excusez du peu ! Tout ce beau monde se retrouvant en 1970 sur le double vinyle compilation "Bumpers" que sort Blackwell pour présenter son catalogue. Le public ne s'y trompera d'ailleurs pas, Quintessence sera de tous les festivals de ces années-là, partagera les meilleures affiches, remplira le Royal Albert Hall...

Mais surtout Quintessence c'est un rock psychédélique fin et dense, puissant et coloré, où la guitare trippante de Codling est omni-présente, un rock psychédélique qu'à part Pink Floyd, Hawkwind (au début) et Sweet Smoke les Anglais ne savaient pas trop faire, un rock plus proche de celui des Américains ou des Allemands Ash Ra Tempel, Agitation Free, Popol Vuh. Un rock qui savait aussi infuser des influences jazz, à la manière de ces autres Anglais, rares et oubliés, East of Eden. Alors si les passages de pur évangélisme krishnien peuvent faire sourire, ils ne doivent surtout pas faire fuir.

Island produira trois albums avec Quintessence : "In blissful company (1969), "Quintessence" (1970) et "Dive deep" (1971), tous trois déjà disponibles séparément via le label allemand Repertoire. Ils sont ici réunis sur cette réédition Esoteric 3 en 1. On pourra regretter un mixage moins dynamique que celui de Repertoire, mais ce n'est qu'un détail, tant est encore présente, près de cinquante ans plus tard, l'âme et le flamme psychédélique de ce groupe hors-normes, indispensable à tout hippie - oldie ou neo - qui se respecte.


QUINTESSENCE Giants (Audio seul 1969)


QUINTESSENCE Epitaph for tomorrow (Audio seul 1971)


Double album "Bumpers" Island IDP 1 (1970)