Chroniques Films

Les Amants Réguliers de Philippe Garrel

Posté par : Jérôme Heff le 09/11/2005

Les Amants Réguliers

Coup de projo perso sur le film de Philippe Garrel, "Les amants réguliers". J'aime beaucoup Garrel, j'y suis venu en partie à cause d'une chose qui nous concerne ici : le rock, Nico. Depuis la mort de celle-ci en 1988, Garrel n'a de cesse de l'évoquer dans presque tous ses films : "J'entends plus la guitare", Sauvage innocence"... dans "Les amants", on entend "Saeta/Vargas" je crois, un titre de Nico de 1981. Glacial. C'est donc anachronique dans un film censé se passer en 1968 ! A noter aussi une sublime scène de danse sur un titre des Kinks (en entier SVP). John Cale a composé la musique d'au moins deux de ses films ("La cicatrice intérieure" avec Nico, "Sauvage innocence", "La naissance de l'amour" peut-être). Ici c'est Jean-Claude Vannier (arrangeur pour Gainsbourg, "Melody Nelson").

Pour le reste, "Les amants réguliers" est un très beau film (pour ne pas dire plus). Garrel ne sort pas de "grandes théories" (comme Godard parfois) : son cinéma est finalement de la plus grande simplicité, d'une beauté jamais pesante, pas verbeux (au contraire de "La maman et la putain"). C'est même drôle parfois. Il filme des visages sur fond de quelques notes de piano, essaie de retenir (et de faire ressentir) l'instant qui passe, évoque les fantômes du cinéma muet (la plus belle photo n&b de l'année) et du Velvet, fait jouer sa famille (une scène avec son père Maurice Garrel, son fils Louis, sa femme Brigitte Sy), parle d'amour, beaucoup.

Alors oui, ça demande d'être disponible et un petit effort, mais on est payé en retour. Dans 9 salles en France dont 2 à Paris.