Rock
Pop Rock
  Fleetwood Mac - Bare trees
Angleterre Etats-Unis 1972
Album Original
Un CD Reprise  / Warner 1999

WEB

Label Reprise


SPIRALE

 The dance
 The Vaudeville years ("Then play on" Sessions)
 Shrine '69
 The complete Blue Horizon sessions
 Fleetwood Mac - Super Deluxe Edition
 Tango in the night
Mes cousins...
Peter Green
The Mick Fleetwood Band
Fleetwood Mac
 
Fleetwood Mac
Bare trees
par Francois Branchon le 24/09/1999

Note: 10.0     
Morceaux qui Tuent
Dust
Bare trees
Spare me a little of your love
Child of mine


Un album entre deux périodes, entre le départ de Peter Green et l'arrivée de Stevie Nicks (ses secrétaires, ses coiffeurs, ses manucures...). La musique est également entre deux eaux, plus tout à fait le blues à la sauce pop qu'avait si bien réussi Pierre Vert avec l'album "Then play on" et pas encore la pop Fm qui fera recette avec "Rumours" quatre ans plus tard. Il s'agit de chansons délicates, aériennes et gracieuses ("Dust", "Sentimental lady", "Sunny side of heaven", ...) ou plus compactes ("Child of mine", "Bare trees"), au son assez rond, patte de l'ingénieur du son de Jethro Tull Martin Birch (l'homme qui ne doit pas pouvoir concevoir un album sans flûte traversière, "The ghost"). Deux titres, "Homeward bound" et "Spare me a little of your love" sont composés et interprétés par Christine McVie, qui se souvient qu'elle fut quelques années plus tôt Christine Perfect, la pianiste et chanteuse très blues de Chicken Shack. Danny Kirwan, autrefois disciple attentif (de Peter Green) est à présent aux commandes (plus pour longtemps hélas), il compose cinq des neuf morceaux, toujours aussi fin et indispensable à la guitare ("Homeward bound", l'instrumental "Sunny side of heaven", "Bare trees", "Spare me a little of your love", "Dust"), parfois mimétique de son maître (la wah-wah et la slide de "Danny's chant" rappellant "Show-biz blues"). Un groupe en transition, confronté à des problèmes internes, mais qui produit un album uni au ton très attachant, un rien mélancolique, au charme très étrange et voilé à l'image des arbres transis de froid de la pochette, un album qui, l'air de rien, est totalement addictif.