Rock
Progressif/British Blues Boom/Folk Rock
  Jethro Tull - 50 for 50
Angleterre Ecosse 1967
Anthologie
Coffret 3 CD Rhino  / Warner 2018

WEB

Label Rhino


SPIRALE

 The very best of
 Nothing is easy : Live at the Isle of Wight 1970 (Cd)
 Nothing is easy : Live at the Isle of Wight 1970 (Dvd)
 Heavy horses - New shoes edition
Mes cousins...
Wild Turkey
Jethro Tull
 
Jethro Tull
50 for 50
par Francois Branchon le 26/07/2018

Note: 7.5    

11 août 1968, Sunbury, sud de Londres, mon tout premier festival pop, je vais enfin voir ceux dont je ne connais que les disques ou les photos dans Rock & Folk : Fairport Convention, Chicken Shack, John Mayall, Stevie Winwood avec l'ancien The Spencer Davis Group et le tout nouveau Traffic. En ouverture, le soleil pas encore tombé, quatre individus mal fagotés, chanteur en baskets éculées et pardessus troué (en plein mois d'août !) prennent véritablement possession de la scène. Ils viennent de se former, de changer leur nom de Toe en Tull et le festival NME de Sunbury est leur première apparition publique. Leur blues rock est bouillant, chaud, dense, la rythmique remuante, et si le chanteur Ian Anderson joue (sur-joue) l'exubérance, il en est presque anecdotique tant Jethro Tull le groupe est une vrai entité blues, qui justifie pleinement sa présence ce soir-là sur l'affiche, en ouverture des pointures anglaises du genre qui vont se succéder toute la soirée.

Cette formation blues - Glenn Cornick (basse), Clive Bunker (Batterie), Mick Abrahms (guitare) derrière leur leader chanteur-flutiste Ian Anderson ne durera que le temps d'un premier album "This was" (octobre 68). Dès le suivant, le virage pop-folk-progressif sera pris, avec le remplacement de Mick Abrahms (parti former Bloodwyn Pig) par Martin Barre pour la carrière ultra-longue que l'on sait.

Jethro Tull fête en cette année 2018 ses 50 ans. Ian Anderson a pris les choses en mains et décidé de faire les choses en grand, comprendre faire du pognon. Une tournée mondiale est partie, visitant les salles les plus importantes de la planète, à des tarifs exorbitants, concerts où on cassera sa tirelire pour voir non pas le grand Jethro Tull historique (Martin Barre, Jeffrey Hammond, Barriemore Barlow...) mais un quasi tribute band composé d'inconnus qu'Anderson dirigera de main de maître. Malaise.

Le versant discographique de l'anniversaire est en revanche plus intéressant, coffret de trois Cd signé Rhino compilant 50 titres choisis par le maître. Sans épiloguer sur les morceaux qu'on aurait aimé trouver là (un choix est un choix, forcément subjectif), il est clair que, marketing oblige, chacun des  albums du groupe, même les plus faibles, se voit représenté, au détriment des meilleurs qu'on aurait aimé mieux servis. Reconnaissons lui cependant d'avoir glissé des titres moins connus.

Et pour qui n'aurait aucun Tull chez soi, ce coffret constituera une belle collection, en complément des quatre premiers indispensables albums ("This was", "Stand up", "Benefit" et "Aqualung").





Première apparition sous le nom de Jethro Tull, Ian Anderson avec Glenn Cornick (basse), Clive Bunker (batterie) et Mick Abrahms (guitare) - Sunbury 1968





Jethro Tull ouvre la dense soirée du dimanche 11 août présentée par John Peel : Chicken Shack, Fairport Convention, John Mayall, Spencer Davis, conclue par Traffic





Un premier festival, le ticket se garde !