Livre
Encyclopédie
 Joël Bastenaire - Back in the USSR - Une brève histoire du rock et de la contre-culture en Russie
France 2012
livres Le Mot et le Reste 2012



SPIRALE

Collection Attitudes

Thierry Pérémarti
Visiting jazz - Quand les jazzmen américains ouvrent leur porte
Chirache Delbrouck Jolivet Ruffat
Live - Une histoire du rock en public
Julian Cope
Japrocksampler - L'incroyable explosion de la scène rock japonaise
 
Joël Bastenaire
Back in the USSR - Une brève histoire du rock et de la contre-culture en Russie (Collection Attitudes)
par Francois Branchon le 18/10/2012

Note: 10.0    

Aventure vers l'inconnu ! Du temps de l'URSS dans toute sa splendeur, le rock, sous toutes ses formes - était bien entendu banni, puisqu'enfanté par le grand Satan américain, symbolisant à lui seul la dégénérescence capitaliste et la mauvaise graine décadente qu'il s'agissait d'empêcher à tout prix de laisser germer.

Aussi au pays des soviets, le rock était - par nécessité - underground et subversif, qu'il fût pop rock, métal, punk au fil des lustres... et ce jusqu'à la libéralisation de Gorbachev à la fin des années quatre-vingt. Il est intéressant de constater qu'aujourd'hui, alors que le pays retrouve avec Poutine et son pitre Medvedev (grand fan de Deep Purple !) des habitudes dictatoriales de censure et d'emprisonnement arbitraire, le rock redevient un salutaire vecteur de provocation (cf les punkettes Pussy Riots).

Cependant, la lecture du bouquin apprend aussi que l'équation rock = rébellion = répression ne fut à certains moments qu'une façade, le KGB, en expert es-manipulations, se servant en sous-main de groupes rock pour instiller dans les esprits "l'initiative privée", anticipant une société libérale au sein de laquelle ses cadres entrevoyaient de se garnir les poches (ce qui arrive sous Eltsine). On ne les imaginait pas si fins...

Cependant, à l'instar du bouquin de Julian Cope sur le rock japonais (chez le même éditeur), celui de Joël Bastenaire, diplomate et attaché culturel dans les pays de l'Est pendant de longues années et administrateur de l'IRMA ici en France est avant tout une formidable encyclopédie de groupes quasiment tous inconnus par ici, à laquelle le YouTube russe fournira un complément indispensable.