London calling

The Clash

par Francois Branchon le 17/10/1999

Note: 10.0    
Morceaux qui Tuent
London calling
Guns of Brixton


Débarrassé des séquelles de son passé de groupe punk (énergie énorme mais brouillonne et son approximatif), Clash offre avec son troisième album une synthèse quasi parfaite entre énergie puissante et mélodies bien troussées. Les puristes hurlèrent quelque peu, mais le groupe y gagna un nombre considérable de fans sincères, séduits, même bouleversés par ces chansons parfaites, totalement en phase avec l'époque politique, notamment en Angleterre où une certaine Thatcher avait déclaré une guerre ouverte à tout ce qui n'était pas de "sa" norme, de la musique aux syndicats, des gays aux immigrés. Le Clash sut être le porte-drapeau des révoltes et le porte-parole des exclus. Tous les titres sont bons, mais certains encore meilleurs : "Spanish bombs", "Wrong 'em boyo", "Train in vain", "Jimmy jazz", d'autres encore supérieurs, "London calling" et "Guns of Brixton". "London calling" sera à jamais leur meilleur album, à présent à égalité avec le live.


CLASH Guns of Brixton (Clip 1978)