Rock
Rock Soul
 Van Morrison - Astral weeks
Irlande Etats-Unis 1971
Album Original
Un CD Warner 2000

WEB

Label Warner


SPIRALE

 The bang masters
 The philosopher's stone
 Back on top
 Blowin' your mind
 Tupelo honey
 New York sessions '67
 Live at Montreux - 1974 et 1980
 Astral weeks live at the Hollywood Bowl
 The healing game (Deluxe edition)
 
Van Morrison
Astral weeks
par Francois Branchon le 06/10/2000

Note: 10.0     
Morceaux qui Tuent
Sweet thing
Cyprus avenue
Slim slow slider
Madame George


Et s'il s'agissait du meilleur album jamais enregistré ?!

"Astral weeks" est le premier véritable album en solo de Van Morrison après le split des Them, son groupe de rock rhythm & blues des sixties, parallèle aux Rolling Stones et aux Animals. Est-ce l'air de son nouveau pays - l'Amérique - qui favorise cette bouleversante introspection et catalyse une énergie créatrice jamais ré-atteinte depuis (sur l'intégralité d'un album s'entend) ?

"Astral weeks" est une magnifique évocation, acoustique, expressionniste, folle parfois, de Van l'Irlandais, des échos nostalgiques de l'enfance aux fantaisies amoureuses du jeune homme.
"Astral weeks" parvient à amalgamer un amour du blues, du jazz et du folk, dans des chansons submergeantes de poésie. Au hasard cette image du gamin de la rue "out on the streets collecting bottletops, going for cigarettes and matches in the shops", avec ce "shops" qu'il fait claquer comme l'écho du "tops" ! C'est beau et sent le vécu du Van gamin de Belfast.

Musicalement, le son est unique. C'est le premier disque pop qui utilise musiciens et instruments de jazz, et le mariage de la guitare acoustique et de la contrebasse est une merveille, il faut savourer en boucle l'entrée de la basse en intro de "Sweet thing" !!!. Les musiciens qui sont de l'aventure, tous jazzmen confirmés (le guitariste Jay Berliner, le contrebassiste Richard Davies, le batteur Connie Kay, le vibraphoniste Warren Smith Jr....) donnent l'impression d'improviser, de jouer souvent sans la moindre idée de structure, se laissant juste aller à apporter leur touche personnelle.

C'est ainsi tout au long de l'album, sans aucun relâchement, mais particulièrement sur "Cyprus avenue", "Young lovers do" et surtout sur le chef d'oeuvre central absolu, les neuf minutes de "Madame George". Là, Van et sa bande nous laissent sur le cul, nous faisant visiter des contrées où la musique ne s'était encore jamais aventurée.



VAN MORRISON Sweet thing (Audio seul)



VAN MORRISON Cyprus Avenue (Audio seul)



VAN MORRISON Madame George (Audio seul)