acid flowers
Acid Rock
  Cream - Disraeli gears (Collection Classic Albums)
Angleterre 2005
Un DVD Eagle  / Naïve 2006

WEB

Label Eagle


SPIRALE

 Fresh Cream
 Wheels of fire
 Goodbye
 Live Cream
 Live Cream vol 2
 BBC Sessions
 Disraeli gears (Deluxe Edition)
 Reunion show, New York Madison Square Garden
Mes cousins...
Baker Gurvitz Army
Cream

Collection Classic albums

Motorhead
Ace of spades (Collection Classic Albums)
The Doors
The Doors (Collection Classic albums)
The Doors
Mr Mojo Risin - The story of L.A. woman (Collection Classic albums)
 
Cream
Disraeli gears (Collection Classic Albums) (Collection Classic albums)
par Francois Branchon le 26/05/2006

Note: 9.0    

Le concept de cette récente collection de l'éditeur Eagle tient de la biographie illustrée, non pas d'un groupe mais d'un album. Le principe est simple : l'œuvre - en général une pierre blanche de l'histoire du rock - est décortiquée, titre par titre, les musiciens venant aujourd'hui en raconter la genèse des morceaux, illustrée de documents d'époque.

S'agissant de "Disraeli gears", le voyage de plus de 80 minutes emmène évidemment au cœur de l'Angleterre sous effervescence acide de 1966 et 67, mais cet aspect-là est finalement anecdotique, occulté par l'entretien avec Clapton, guitare acoustique en mains, décortiquant les naissances de riffs ("Sunshine of your love") et guidant une sorte de "désossage" de la musique de Cream jusqu'à sa substantifique moelle blues, faisant apparaître au grand jour une des vertus cardinales du groupe, une volonté nette en tout cas, de rendre hommage aux bluesmen noirs américains, aspect qui fut plus visible chez les Stones ou les Pretty Things que sous les emballages hallucinés du trio Bruce-Baker-Clapton.

Ces passages sont passionnants et enfin, le Clapton d'aujourd'hui, détendu et presque "gamin" fait plaisir à voir (on a noté ce même regain de fraîcheur lors de la reformation passagère de Cream en 2005). Mais que les amateurs d'hallucinations se rassurent, ils en prendront plein les yeux aussi, extraits de concerts, essais de clips, jusqu'à l'interview savoureuse de Martin Sharpe, le graphiste auteur de la pochette originale (et de "Wheels of fire" et d'affiches d'Hendrix...), hippie ravi au bout du rouleau, contant son travail d'alors, sur une île paumée de Méditerranée, stock de pills sur la table ! Quand la réalité dépasse la fiction...