Rock
Acid Rock
  Jefferson Airplane - Flight log
Etats-Unis 2011
Anthologie
2 CD BGO  / Socadisc 2011

WEB

Label BGO


SPIRALE

 Live at Monterey festival
 Surrealistic pillow (Ep)
 Takes off (Vinyl Replica Collection)
 After bathing at Baxter's (Vinyl Replica Collection)
 Takes off (Edition BMG 2003 avec Bonus)
 Surrealistic pillow
 Bless it's pointed little head
Mes cousins...
Hot Tuna
Ralph J. Gleason
Grace Slick
Jefferson Airplane
 
Jefferson Airplane
Flight log
par Francois Branchon le 08/05/2011

Note: 9.0    

Bicoque victorienne bariolée voltigeant haut dans le ciel de 1967 ("After bathing at Baxter's" en apothéose), le Jefferson Airplane des débuts s'est vite alourdi au fil du temps, mutant en forteresse volante, gros cargo meublant les charts et les stades. Mais l'équipage, scindé en sous-groupes, qui eurent rapidement leurs sous-vies discographiques (Hot Tuna, Jefferson Starship), elles mêmes compliquées par les projets solo (Grace Slick, Marty Balin, Joey Covington...) vit sa cohésion devenir si aléatoire que l'avion explosa en vol en 1972.


Cependant, malgré leurs dissensions artistiques (et parfois conjugales, Slick baguenaudant d'un lit à l'autre), tous étaient avant tout une "famille", qui avait sa "maison", le label Grunt, propriété du groupe, crée en 1970 pour garder les coudées franches vis à vis de la multinationale RCA. Aussi, lorsque vient l'idée en 1976 de faire un bilan, la famille n'a aucun mal à réunir chaque pion de l'histoire (chaque enregistrement lui appartenant). Et Grunt publie un double album testamentaire, conçu "dans l'esprit", à savoir sans l'obligation commerciale d'un "best of". Pensez, la version studio de "Somebody to love" n'est même pas au programme, un vrai motif de se faire saquer pour n'importe quel cadre Sup de Co de chez RCA...

La bien nommée "Flight log" (la boite noire) est simplement chronologique, picorant un titre (quelquefois deux) de chacun des albums. La limpide ballade "Come up the years" ("Takes off" - 1966) ouvre la liste, suivie de "White Rabbit" et "Comin' back to me" ("Surrealistic pillow" - 1967), "Won't you try saturday afternoon" (le final de "After bathing at Baxter's - 1967), "If you feel" et surtout "Greasy heart" (le plus excitant du sous-estimé "Crown of creation" - 1968), "Somebody to love" quand même, mais en version live explosée ("Bless it's pointed little head" - 1969). Meilleur succès de l'Airplane, l'album "Volunteers" (1969) n'est pas oublié, et même si on aurait aimé un "Good sheppard", on se console avec l'épique "Wooden ships", co-écrit avec Crosby et Stills et sa fin toute en plaintes de wah-wah kaukonienne. Un Kaukonen qui en 70, forme Hot Tuna avec Casady - "Hesitation blues" en est l'emblématique morceau du premier album ("Live at the Berkeley New Orleans House" - pendant qu'en parallèle Kantner et Slick imaginent le vaisseau Jefferson Starship, pas encore successeur de l'Airplane mais plutôt auberge espagnole où se retrouvent les musiciens amis de la Baie, Jerry Garcia, Mickey Hart et Bill Kreutzmann du Grateful Dead, David Freiberg de Quicksilver, David Crosby et Graham Nash de CSN, Harvey Brooks de Canned Heat... - l'évanescente ballade de clair de lune "Have you seen the stars tonite", dentelée de la guitare interstellaire de Garcia, aura accompagné des tonnes de résine parties en fumée ("Blows againt the empire" - 1970).

Forcément, la deuxième partie de "Flight log" est plus disparate, les chemins de chacun divergeant de plus en plus, la carrière de Hot Tuna - notamment - s'emballant, Kaukonen et Casady ne supportant plus les stades et les 250 concerts par an.
"Silver spoon" (du 2ème Starship, "Sunfighter" 1971) ouvre le Cd2, suivi de "Feel so good" et "Pretty as you feel", deux (excellentes) compos de Kaukonen pour l'avant-dernier album studio de l'Airplane ("Bark" - 1971) et de "Milk train" de Slick ("Long John Silver - 1972), trois traces des derniers enregistrements studio de l'avion avec son équipage historique au complet.

La suite offre des merveilles, "Ja da" du troisième Hot Tuna ("Burgers" - 1972), "Come again? Toucan" de l'album solo de Slick ("Manhole" - 1973) ou "Genesis", ballade solitaire de Kaukonen (et la plus belle de ses oeuvres à mon goût) qui ouvrait son premier album solo ("Quah" - 1974), mais aussi des temps faibles, ces morceaux gras et sans énergie qui vont caractériser le Jefferson Starship à venir, héritier officiel de l'avion dans les stades à partir de 1974, "Ride the tiger" ("Dragon fly" - 1974) ou "Please come back", un inédit enregistré live au Winterland de San Francisco en 1976, une arthrose déjà ressentie dès "Sketches of China" (la fille de Kantner et Slick, pas l'Empire du Milieu) du troisième Starship ("Baron von Tollbooth & the chrome nun" - 1973).

En 21 morceaux, "Fligt lllog" fait défiler l'histoire d'un groupe fondateur et innovateur, dont certains membres participent toujours de la musique américaine, certes repliés sur le classicisme du blues, mais fidèles à une éthique. Conçue avec intelligence et sens artistique, cette anthologie, malgré ses impasses - le dernier album officiel de l'Airplane ("Live at Winterland" - 1972), les albums solo de Marty Balin ("Bodacious DF" - 1973) ou du batteur Joey Covington ("Fat fandango" - 1973) - est une réussite dont on salue la réédition, curieusement pas par RCA comme la logique le voudrait, mais par le petit label anglais BGO.




JEFFERSON STARSHIP 1970 - Have you seen the stars tonite